Archives de Tag: Photo

La Femme vue par des femmes. Episode 4 : Julia Fullerton-Batten

Adoland

Des images de jeunes filles. Superbes images sur l’adolescence. Où tout est dit sur cette periode étrange et déstabilisante de la vie. les ados se mettent le monde à dos. Ex-enfants adorables, ce sont des muttants au bord du gouffre, hésitant à plonger dans un monde trop dur, trop vieux, jamais assez grand pour eux… L’adolescence, c’est juste lorsque l’enfance se cogne à l’âge adulte. Lorsqu’on grandit trop vite, trop vite pour être à l’aise, pas assez pour être bien. L’adolescent est un alien à lui même.

Sur ces images, on voit des jeunes filles accidentées. Comme des conséquences d’une inconciliable incompréhension. Des constats d’échec. ces adolescentes se cognent contre le réel. ces jeunes femmes semblent vouloir jouer, mais le monde refuse de jouer avec elles. Elles sont prises au piège. Désorientées par un décalage évident. Traumaitisées par le dérapage d’échelle.

Les photographies ont été réalisées sans trucage numérique, dans ces mondes modèles que recréent parfois certains parcs d’attraction. Cette vérité ajoute à leur mystère. Elle accentue notre trouble. Ces jeux tristes ont été les notres. Quoi de plus poignant qu’une jeune fille en pleurs ? La fin de l’innocence.

OSCAR LEON

julia-fullerton-batten-2.jpg

 

julia-fullerton-batten-3.jpg

 

julia-fullerton-batten-8.jpg

 

julia-fullerton-batten-4.jpg

 

julia-fullerton-batten-6.jpg

 

julia-fullerton-batten-7.jpg

Julia Fullerton-Batten exposera à la gallerie Le Réverbère à Lyon, du 4 décembre au 2 février 2008.

Poster un commentaire

Classé dans #5 Vendredi : l'Art, c'est l'ART

La Femme vue par des femmes. Episode 3 : Kimiko Yoshida

Après avoir quitté le Japon, profondément marquée par la place qui y réservée aux femmes, Kimiko Yoshida s’installe en France où elle se concentre sur des séries d’autoportraits qui étudient les relations entre sa culture d’origine et les cultures auxquelles elle ne cesse de s’exposer. Elle réalise des photos de « mariées célibataires » qui conjurent la hantise de la petite fille horrifiée qui découvrit la servitude ancestrale du mariage arrangé, et le destin humilié des femmes japonaises. En utilisant la monochromie, la figure singulière « l’autoportrait » s’évanouit pour donner voix à un universel : « Cette recherche de la monochromie est une réflexion sur les instants successifs de l’identité. (…) C’est une recherche sur l’effacement de moi-même »

kimiko-yoshida-self-portraits-letters.jpg

kimiko-yoshida-self-portraits-with-a-coma.jpg

kimiko-yoshida-the-bride-grand-commandeur-de-le-legion-dhonneur.jpg

kimiko-yoshida-the-bride-statue-of-liberty.jpg

kimiko-yoshida-the-green-tha-bride.jpg

kimiko-yoshida-the-mao-bride.jpg

Poster un commentaire

Classé dans #5 Vendredi : l'Art, c'est l'ART

La Femme vue par des femmes. Episode 2 : Dita Pepe

Dans ses autoportraits qui ont pour thème le changement d’identité, la jeune photographe tchèque Dita Pepe, se met en scène déguisée dans l’univers de celle qu’elle accompagne. A la différence de Cindy Sherman, qui endosse différentes personnalités pour les caricaturer (actrice de série B, en hommes ou femmes des tableaux de Maîtres anciens ou de cadavres de scènes d’horreur) Dita Pepe, elle, adopte entièrement l’univers de ceux avec lesquels elle choisit de se photographier : Portfolio.

dita-pepe-1.jpg

dita-pepe-2.jpg

dita-pepe-3.jpg

dita-pepe-4.jpg

dita-pepe-5.jpg

dita-pepe-6.jpg

Poster un commentaire

Classé dans #5 Vendredi : l'Art, c'est l'ART

La Femme vue par des femmes. Episode 1 : Bettina Rheims

chambre-close.jpg

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

Photo Sharing and Video Hosting at Photobucket

inri.jpg

laitmiraculeux.jpg

viergechristmortoi2.png

 

Poster un commentaire

Classé dans #5 Vendredi : l'Art, c'est l'ART