Douglas gordon

La galerie Yvon Lambert (108 rue vielle du temple, Paris 3ème) expose Douglas Gordon du 15 septembre au 13 octobre. Les œuvres proposées sont trop peu nombreuses pour être révélatrices du travail de l’artiste, qui, bien qu’éclectique, se conçoit comme un ensemble. Aussi, une sélection subjective des pièces les plus caractéristiques s’imposait aux néophytes avides de culture artistique contemporaine…

Self portrait as Kurt Cobain…

Douglas Gordon a fait du cinéma l’un de ses matériaux de prédilection. Il se sert des films, des acteurs et de leur trace dans l’inconscient collectif comme espace de création, pour envisager un autre rapport à l’image. C’est par exemple le cas pour la projection vidéo 24 Hour Psycho (1993) qui génère, dans un ralenti du film Psychose (1960) d’Alfred Hitchcock, une temporalité distendue où la perte de la narration engendre une nouvelle réalité.

24 hours psycho

Between Darkness and Light (1997), une projection superposée des films The Song of Bernadette d’Henri King (1943) et L’exorciste de William Friedkin (1973), répond à cette même volonté de faire de l’image cinématographique un médium de création plastique.

Between darkness and light

En énucléant des portraits de grandes célébrités hollywoodiennes des années 40 et 50 dans la série The Blind Star (2002), Douglas Gordon rompt avec le culte de l’image (icône ?) de l’acteur, à la manière d’un enfant (ou d’une super connasse) qui noircirait les dents des mannequins dans les pages d’un magazine.

Blind Star

Blind star

Dans l’autoportrait Monster (1997), Douglas Gordon s’exhibe selon une double image : naturelle et défigurée. On y retrouve des références aux créatures de Frankenstein, d’Elephantman ou encore d’Eraserhead, créatures mi-humaines mi-bestiales qui remettent en cause les notions d’altérité/identité au sein des structures sociales contemporaines.

Monster

…mais Douglas Gordon c’est aussi ça :

Evoluting portrait

…ça :

forever-always.jpg

…et malheureusement ça :

zidane-un-portrait-du-xxieme-siecle.jpg

Publicités

2 Commentaires

Classé dans #5 Vendredi : l'Art, c'est l'ART

2 réponses à “Douglas gordon

  1. la lumières des yeux de zidane

    … et comment ça malheureusement ?!

    un artiste a bien le droit gagner sa vie. ça vous tente de l’acheter vous 24 hour psycho ??? :P

  2. Gicquel Didier

    Cher Douglas Gordon,

    Nous avons fait une séance photo à la veille de votre vernissage à la galerie Yvon Lambert, vous m’aviez donné votre mail afin que je vous envie les photos, pouvez-vous me le redonner pour cet envoi,
    bien cordialement,
    didier Gicquel
    gicquelstudio@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s